Coopération et collaboration au travail, quelle est la différence?

partenariat-et-collaboration

Le terme collaboration a pris toute son importance dans les dernières années au sein des entreprises, des différentes instances municipales et gouvernementales, des établissements de santé, des grandes institutions d’enseignement et autres. La collaboration est devenue une valeur, un objectif à atteindre, une compétence.

Par Suzanne Girard, CRHA
Coach certifié RCC, formatrice et mentor

img-cooperer-et-collaborer

La popularité de la collaboration

Nous pouvons attribuer la popularité de la collaboration, entre autres, aux changements économiques, sociodémographiques et à l’arrivée des nouvelles technologies et tout particulièrement celles qui exercent une pression pour une plus grande intégration des différents secteurs, une réorganisation du travail et des structures favorisant le décloisonnement.

Il est étonnant de voir que nous associons très souvent coopération à collaboration et vice-versa. Il n’y a pas vraiment de recherches sur lesquelles nous appuyer pour définir clairement la coopération et la collaboration, ce qui explique probablement la confusion, encore très présente, entre ces deux termes et tout principalement dans le contexte du travail. Dans plusieurs articles et références, nous les utilisons encore comme des synonymes malgré le fait qu’ils ne représentent pas les mêmes modes d’organisation du travail et comportements des personnes (acteurs).

Clarifier les termes collaboration et coopération

Les dictionnaires généralement reconnus, à savoir Larousse, Wikipédia et Le Grand dictionnaire, proposent des définitions associant la coopération à la coopération internationale ou au mouvement coopératif et la collaboration à l’apport collectif, à une attitude, une notion d’égalité. Pour les fins de cet article, nous retenons les définitions fournies par Wikipédia car elles se rapprochent du sens que leur attribuent les organisations.

Lorsque nous comparons les définitions de coopération et de collaboration, la coopération a un sens de consensus, excluant la concurrence et les conflits. Pour ce qui est de la collaboration, elle s’articule davantage autour de l’importance de travailler ensemble, de l’atteinte d’un objectif commun, donc d’une notion de résultats et de coresponsabilité (imputabilité).

La coopération au travail

Comportement où les individus conduisent leurs relations et leurs échanges d’une manière non conflictuelle ou non concurrentielle, en cherchant les modalités appropriées pour analyser ensemble et de façon partagée les situations et collaborer dans le même esprit pour parvenir à des fins communes ou acceptables par tous.

La collaboration au travail

L’acte de travailler ensemble pour atteindre un objectif. Dans son sens commun, la collaboration est un processus par lequel deux ou plusieurs personnes ou organisations s’associent pour réaliser un travail suivant des objectifs communs.

SCHÉMA 1 | Définitions

Observons maintenant les concepts de coopération et de collaboration à travers la lentille du travail. Le tableau ci-dessous présente une synthèse comparative des caractéristiques du travail coopératif et collaboratif.

LE TRAVAIL COOPÉRATIF

Organisation collective du travail dans laquelle la tâche (résultat attendu) est fragmentée en sous-tâches.

LE TRAVAIL COLLABORATIF

Organisation du travail qui s’entend sur une situation de travail collectif où les tâches et les buts sont communs.

  • Le travail se fait par le cumul d’activités individuelles.
  • Chaque personne (acteur) sait ce qu’il doit faire dès le début et sa communication, ses échanges ou le partage d’éléments seront pour arriver à l’atteinte de son objectif individuel.
  • Les rapports entre les personnes (acteurs) sont principalement verticaux.
  • L’atteinte de l’objectif fixé se fait par une succession progressive et coordonnée des actions de chaque personne (acteur).
  • Le mode de communication est généralement par étape selon l’évolution du travail.
  • Le travail effectué par chaque personne (acteur) est identifiable en cours et la fin du projet, du mandat ou de l’activité.
  • Chaque personne (acteur) se sent personnellement responsable de son propre résultat.
  • Le travail se fait par l’amalgame des contributions individuelles avec des ajustements et réalignements continus.
  • Le travail implique un engagement mutuel des personnes (acteurs) dans un effort coordonné pour effectuer une même tâche et/ou résoudre ensemble un même problème.
  • Le travail nécessite de l’équipe une plus forte interdépendance, plus de motivation et de confiance interpersonnelle.
  • Les rapports entre les personnes (acteurs) sont horizontaux.
  • L’approche de la communication selon le contexte sera beaucoup plus souple et principalement dans un environnement accentué par les TIC.
  • Le travail individuel est difficilement identifiable tout au long de la démarche et la responsabilité est constamment partagée donc toutes les personnes (acteurs) sont imputables des résultats.
TABLEAU 1 | Synthèse comparative des caractéristiques du travail coopératif et collaboratif adapté du guide inclus dans le «Guide pratique du travail collaboratif»: Théories, méthodes et outils au service de la collaboration. –Brest 2009

Nous devons reconnaître, à la lecture des caractéristiques du travail collaboratif, qu’il peut être nécessaire d’adopter de nouvelles méthodes de travail, nouvelles pratiques organisationnelles et surtout reconnaître que cela n’est généralement pas inné. Il est donc indispensable d’apprendre à mieux travailler ensemble en renforçant les liens tissés entre les personnes (acteurs) et leurs pratiques collaboratives. Le tableau 2 présente quelques exemples de pratiques collaboratives.

L’INFORMATION

Donner l’information à une personne parce que je pense qu’elle en aura besoin même si elle ne me l’a pas demandée préalablement.

L’IMPLICATION

Demander à une ou plusieurs personnes de participer à la recherche de nouvelles idées, propositions ou autres. Je le fais parce que cela contribuera à plus d’innovation, à la performance collective et à l’atteinte de l’objectif commun.

GAGNANT/GAGNANT

Construire une relation gagnant/gagnant dans le cadre de mon activité. J’ai le souci autant de mes intérêts professionnels que ceux des autres.

L’ÉCOUTE

Entendre les préoccupations, commentaires et suggestions des personnes (acteurs) et en tenir compte dans la poursuite des tâches et des prochains ajustements. Je le fais parce que c’est ce qui permet une réelle interdépendance et une plus grande confiance entre les personnes (acteurs)
TABLEAU 2 | Exemples de pratiques collaboratives tirés du Programme de formation « Gestion de mes relations professionnelles dans un contexte de collaboration », atelier -2014

Quoi retenir?

À la lumière de cette analyse, le succès de la collaboration repose sur les relations interpersonnelles et, de façon plus précise, sur la capacité à gérer nos relations professionnelles alors que le succès de la coopération s’appuie davantage sur l’efficacité des processus de travail. La capacité à gérer ses relations professionnelles est une compétence transversale et préalable à plusieurs autres compétences.

Comment pouvons-nous réellement influencer si au départ nous ne sommes pas prêts à partager nos connaissances, à privilégier la communication gagnant/gagnant, à impliquer et informer nos relations professionnelles? Comment être réellement agile dans son organisation si nous ne reconnaissons pas les attributs de nos relations professionnelles, si nous n’identifions pas leurs enjeux et si nous ne décodons pas leurs stratégies? Comment innover si nous ne considérons pas les idées des autres?

Pour explorer davantage la gestion des relations professionnelles, rendez-vous sur…
www.conseilsrhcoaching.com/formation/autopositionnement.

Références et documents consultés:

  • Tableau 1 : Guide de Le guide pratique du travail collaboratif: Théories, méthodes et outils au service de la collaboration. –Brest 2009.
  • Tableau 2 : Programme de formation « Gestion de mes relations professionnelles dans un contexte de collaboration », Atelier-2014, Suzanne Girard, Conseils RH coaching.
  • La collaboration générative, un modèle inspirant proposé par R. DILTS & S. … Selon DILTS et GILLIGAN, https://severineperron.wordpress.com/author/severineperron/
  • La collaboration un choix santé, Objectif Prévention, Vol. 35, No 4, 2012.
  • La collaboration, plus pertinente que jamais, LaPresse.ca, 26 novembre 2012, Stéphane Champagne.
  • Want Collaboration?: Accept—and Actively Manage—Conflict-hbr.org/…/want-collaboration-accept-and-actively-ma, Jeff Weiss and Jonathan Hughes.
  • La collaboration: la prochaine révolution en matière –Cisco https://www.cisco.com/web/FR/solutions/…/collab_revolution_wp.pdf
  • Analyser la maturité collaborative pour mieux intégrer les technologies sociales, 23 mai 2014, Ellicom, ellicom.com/…collaboratif/analyser-la-maturité-collaborative Pourquoi collaborer? –Cathy Dumont, cathydumont.com/2014/06/25/pourquoi-collaborer, 25 juin 2014.
  • Comment devenir un super-héros de la collaboration, Blogues, www.lesaffaires.com, 7 juil. 2014.
  • Pourquoi la collaboration en 2014 ? -Le blogue de Mathieu, mathieulaferriere.com/pourquoi-la-collaboration-en-2014/
Tagués avec : ,
Publié dans Formation

Formation publique à venir en 2015

Formation : Gérer mes relations professionnelles pour mieux collaborer. En savoir plus

Lieu : Montréal

Atelier : le 22 avril de 13 h à 17 h
Coaching individuel 2 h : Semaine du 11 mai
Codéveloppement : le 3 juin de 13 h à 17 h

Inscription
Formation : Gérer mes relations professionnelles pour mieux collaborer. En savoir plus